Oxygénothérapie de longue durée : survie à 1 an, facteurs prédictifs de mortalité

Résumé

Objectifs

Évaluer la survie après 1 an d’une oxygénothérapie de longue durée (OLD), rechercher des facteurs prédictifs de mortalité à 1 an, évaluer l’impact de l’OLD sur la fréquence d’hospitalisation pour exacerbation de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Méthodes

Nous réalisons une analyse rétrospective de 416 patients avec une OLD débutée entre 2012 et 2014. Les courbes de survie sont estimées par la méthode de Kaplan–Meier, des modèles de régression des risques proportionnels de Cox sont utilisés pour modéliser l’impact des variables sur la survie des patients et l’évolution des patients hospitalisés pour exacerbation est analysée par le test de McNemar.

Résultats

L’âge moyen est de 70 ans. La population comporte 57 % de femmes et 78 % de BPCO. La survie à 1 an (n = 416) sous OLD est de 75 %. Les facteurs prédictifs de mortalité identifiés sont l’insuffisance coronarienne (HR [IC95 %] : 1,8 [1,2–2,8] ; p = 0,0083), l’altération de la fraction d’éjection du ventricule gauche (HR [IC95 %] : 2,5 [1,3–4,9] ; p = 0,0080) et l’existence d’une ostéoporose (HR [IC95 %] : 1,7 [1,0–2,9] ; p = 0,040). L’instauration de l’OLD est associée à une diminution de 28 % de la fréquence d’hospitalisation pour exacerbation de BPCO (n = 171).

Conclusions

La mortalité à 1 an sous OLD est de 25 %. Les facteurs prédictifs de décès identifiés à 1 an sont l’insuffisance coronarienne, l’altération de la fraction d’éjection du ventricule gauche et l’existence d’une ostéoporose.

L’OLD semble participer à une réduction de la fréquence d’hospitalisation pour exacerbation de BPCO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *