La ventilation mécanique au cours de l’insuffisance respiratoire aiguë hypercapnique du sujet obèse.

L’insuffisance respiratoire aiguë hypercapnique de l’obèse constitue un motif de plus en plus fréquent d’hospitalisation en Soins intensifs respiratoires ou en réanimation. Malgré le faible nombre de publications dédiées à ce contexte clinique, la ventilation non invasive (VNI) apparaît comme une modalité de choix pour l’assistance ventilatoire chez ces patients. Ses principales spécificités sont : l’efficacité en règle du mode VSAI + PEP, la nécessité d’une fréquence minimale, une oxygénothérapie transitoire, des pressions inspiratoires positives d’autant plus élevées que les patients ont un overlap syndrome ou un syndrome obésité–hypoventilation (SOH), des pressions expiratoires positives d’autant plus élevées que les patients ont un syndrome des apnées obstructives du sommeil. En cas d’échec et en l’absence de contre-indication à la poursuite de la VNI, le relais doit être effectué vers une VNI de type volumétrique. Chez les patients avec BPCO ou SOH, une hypoventilation alvéolaire nocturne à l’état stable justifie d’instaurer une VNI au long cours. Ses réglages seront adaptés aux données des gazométries artérielles et à un enregistrement polysomnographique à distance de l’épisode aigu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *