Modes ventilatoires et réglages en ventilation non invasive : retentissement sur les évènements respiratoires et implications dans leur identification

Résumé

Comparé au mode invasif, la ventilation non invasive (VNI) a deux caractéristiques : sa nature non hermétique et le fait que le couple poumon–ventilateur ne peut pas être considéré comme un modèle à un seul compartiment de par l’interposition de la voie aérienne supérieure (VAS). À l’initiation de la VNI, les réglages du ventilateur sont déterminés sur la clinique et les variations de la gazométrie diurne. Cependant la VNI s’applique principalement pendant le sommeil, et une évaluation nocturne est nécessaire pour estimer la « bonne entente » patient–ventilateur. Le monitorage le plus avéré est apporté par les courbes de débit et pression au masque. Cependant, la VNI permet une large gamme de réglages. Il est nécessaire de les connaître pour comprendre l’interaction patient–ventilateur. Le mode ventilatoire, le type de déclenchement, la pente, l’utilisation d’une pression positive expiratoire et le type d’exhalation mais aussi les performances du ventilateur peuvent avoir des retentissements. Des fuites et des variations de résistance des VAS peuvent aussi modifier ces courbes. Cet article discute du matériel disponible pour la VNI, analyse l’effet des modes ventilatoires, réglages et systèmes d’exhalation sur les tracés. Son but : donner les bases nécessaires pour comprendre leur impact sur le monitorage de la VNI.

« Rabec C, Rodenstein D, Leger P, Rouault S, Perrin C, Gonzalez-Bermejo J; SomnoNIV group. Ventilator modes and settings during non-invasive ventilation: effects on respiratory events and implications for their identification. Thorax 2011;66:170–8 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *